Présentation détaillée

Résumé

Insoumis, c’est-à-dire émancipé, le centriste que je suis a pour ambition d’irradier politiquement par ses convictions d’entrepreneur sociétal éthique, contributeur à la création d’un monde durable. Il a reconnu en Jean-Luc Mélenchon la locomotive française qui permettra d’atteindre le but :

une nouvelle république éthique et éco-socialiste, co-construite avec l’aide INDISPENSABLE de vrais médiateurs, à la hauteur des enjeux démocratiques, climatiques et économiques de la planète.

Présentation détaillée

je suis centriste ET insoumis : qu’est-ce que ça veut dire ?

1 – J’ai rejoint Jean-Luc Mélenchon

Pourquoi avoir rallié JLM2017 ?

Parce qu’il est le seul, à ma connaissance, à avoir fait la synthèse suivante pour la France, synthèse qui m’apparaît également universaliste :

– la lutte des classes reste une réalité objective en ce début de 21ème siècle, contrairement à ce que disent ou pensent certains, notamment à droite et au centre. Il y a cependant une différence notable :

elle est devenue bidimensionnelle : elle n’a plus seulement une dimension socio-économique comme s’était le cas dès ses origines (RÉFÉRENCES). Depuis que les ressources et le climat de la terre sont impactés par le productivisme au point de provoquer le basculement dans l’anthropocène, elle a pris également une dimension écologico-économique.

– La gauche reste donc une culture politique d’actualité et différente de la droite et Jean-Luc Mélenchon porte admirablement cette tradition.

Cela explique donc la déclinaison de la FRANCE INSOUMISE puisque c’est ainsi qu’il conduit sa campagne pour gagner l’élection présidentielle 2017.

Insoumise car il faut sortir la France de la nasse actuelle faite de médiocrité, d’autoritarisme, de mensonges, de trahisons, de nationalisme, de populisme, de simplisme… Il est à noter qu’à cause de la mondialisation ultralibérale, cette nasse est mondiale. C’est pourquoi toute mesure économique comme, par exemple, la réduction du temps de travail à 35 heures, ne peut pas être prise sans recadrage macroéconomique préalable. Ou alors elle créée une distorsion de concurrence vis-à-vis des pays qui ne l’ont pas mise en œuvre.

L’insoumission, synonyme d’émancipation, est le moteur pour sortir de cette nasse.

L’insoumission individuelle est au service de l’insoumission collective, et réciproquement.

C’est pourquoi Jean-Luc Mélenchon en a fait l’axe de son entrée en campagne.

2 – Et le centre dans tout ça ?

Comme moi, mais pour des raisons parfois différentes (ne pas être originaire du Parti de Gauche, ne pas être engagé en politique jusqu’à présent, être libertaire, être dégouté par les divisions des écologistes, être dégouté par l’ultralibéralisme+Sarkozy+Hollande->Le Pen, être dégouté par la perte des valeurs du monde actuel…) ou pour toutes ces raisons à la fois comme moi, ressentant une forme d’urgence vitale à agir pour ne plus subir ou devoir choisir « le moins pire », le désir de contribuer à faire émerger une force potentielle devient très fort. J’en veux pour preuve notamment le nombre considérable d’initiatives dites « citoyennes » ou autres « nuit debout »… (RÉFÉRENCES).

La genèse de cette préoccupation centriste m’est apparue lors des primaires citoyennes de 2011 où j’avais soutenu Arnaud Montebourg, convaincu que l’heure de la démondialisation économique était venue pour supprimer des concurrences déloyales inacceptables qui avaient fait émerger la TILE – Taxe d’importation et de Loyauté Economique – dès 2003 au Havre (RÉFÉRENCES). Faire le lien entre Mr Montebourg et le centre va certainement paraître incongru de prime abord, j’en conviens.

Tout d’abord, je suis médiateur. Tout de suite, certains vont y voir un goût pour les choses mesurées, le sens du compromis. Eh bien pas du tout. C’est d’abord une intransigeance – celle de l’éthique – puis le cadre à poser et tenir, en s’appuyant sur ses qualités humaines personnelles. La question du compromis revient aux parties prenantes accompagnées par le médiateur. Lui, il n’a pas à avoir de désir pour eux, ni celui d’un compromis, ni un autre. Il « se contente » de maintenir un dialogue de qualité, respectueux de l’autre, des autres, du niveau de créativité adapté à la problématique, et surtout, de l’instant présent : l’ici et maintenant.

Je vois tout cela dans l’humanisme et le souverainisme ouvert de Jean-Luc Mélenchon : le sens de l’éthique, le cadre, la franchise, l’authenticité, la sincérité… Il assume ses qualités et ses défauts, ses réussites comme ses échecs, ainsi que ses convictions. De plus, il sait les faire partager comme à Paris en juin 2016.

En 2011, Mélenchon était pour moi « une grande gueule » et un « non écolo ». J’avais formalisé (ou capté celle de Jean-François Kahn, je ne me souviens plus) la notion de « centrisme révolutionnaire » pour évoquer une notion d’ultra-éthique en quelque sorte, au service de l’avènement d’une société vraiment démocratique.

Depuis, après avoir écouté, appris, je me suis rendu compte de la complexité de cette notion et du fait qu’elle rencontre de nombreux points de vue, notamment celui du despotisme éclairé qui semble à priori antinomique avec la démocratie (je pense notamment à mon ami Philippe).

Et Mélenchon s’est remis en question et a encore amplifié son approche de l’écologie, ainsi que les conséquences de l’anthropocène : il est entouré par une équipe crédible sur ce point qui a une doctrine étayée : l’éco-socialisme. Par ailleurs, il a intégré une « démarche constituante », c’est-à-dire qu’il remet le pouvoir entre les mains du peuple dans des conditions constructives et beaucoup moins dangereuses que la révolution. Dans ces conditions, le « Mélenchon », élu président de la République, doit impérativement prendre une posture de tiers médiateur. C’est pourquoi mon « centrisme » est devenu « insoumis ». Insoumis également à l’égard de Mr Mélenchon qui va devoir se former à la médiation et s’entourer de professionnels chevronnés de ce domaine. La réussite de la constituante en dépend sur deux plans : le processus démocratique et incontesté, d’une part, et d’autre part, la viabilité et de réels progrès par rapport à la constitution actuelle.

J’en viens au point majeur : pour sortir VIVANTS de l’anthropocène, les êtres humains ont le devoir de prendre des mesures conservatoires. L’état de la science a démontré (RÉFÉRENCES) que dans une période de changements ultra-rapides, seuls les petits et véloces s’en sortent. Et que le fait d’être solidaires entre eux augmente considérablement les chances de succès.

Par voie de conséquence, chaque être humain doit se conditionner dans ce sens. Et politiquement, cela veut dire que l’heure du libertarisme solidaire a sonné : éducation populaire à grande échelle, autonomisation de l’individu, sens de l’intérêt général, le vrai. La discipline choisie de chacun au service de tous.

Et dans ce domaine, la France peut s’appuyer sur les images de D’Artagnan (un pour tous, tous pour un) et surtout, les devises de la république : liberté, égalité, fraternité.

La France, enracinée sur tous les continents de notre terre, a des atouts pour donner au monde une contribution significative.

Alors, pourquoi centrisme ?

Parce qu’il convient de tenir la barre dans la tempête de la mondialisation et du changement climatique.

Comment inventer une nouvelle économie qui tienne compte de l’anthropocène ?

En inventant les conditions du maintien de la vie sur terre, notre plus précieux bien commun (RÉFÉRENCES) !

C’est donc bien une hybridation de l’entreprenariat dans ce qu’il a de plus créatif et vivant, avec la nature et pas contre elle…
Un entrepreneuriat (puisque chacun à une acception de ce mot) éthique et écologique, sobre en consommations d’énergie et de ressources, durable, soutenable, une VRAIE économie circulaire : faire la part belle à la proximité et la lenteur, en somme.
Entreprendre sa vie pour entreprendre ensemble une société durable pour notre génération et les générations futures !

À babord (à droite) quand il faut, à tribord (à gauche) de même, cette métaphore du pilotage d’un bateau sur une mer démontée ou parfois trop calme, doit nous permettre de trouver notre capitaine du vaisseau « terre ».

Pour moi, c’est Mélenchon pour 2017 car il veut gagner pour remettre enfin les clés au peuple, en s’appuyant sur la mer de surcroît puisque la France a la chance de disposer du deuxième territoire maritime du monde, ce qui donne une lourde responsabilité et en même temps est un atout inestimable.

2 – La médiation est donc au cœur de mon engagement politique…

Aidons-nous à cadrer son caractère pour qu’il soit à la hauteur de cette tâche immense. En cela, j’écris autant en tant que médiateur qu’en tant que citoyen français, citoyen du monde !

Sans une vraie médiation planétaire, nous sommes en réel danger de mort civilisationnelle, voire de l’espèce humaine…

Avec, tout est possible et seules les batailles non menées sont perdues d’avance.

C’est pourquoi j’avais d’abord lancé un appel aux médiateurs avant la tenue de la COP21 (RÉFÉRENCE).

Et c’est pour cela qu’aujourd’hui, je recommence par eux, en élargissant à vous tous qui me lisez.

Créons les conditions pour que tous les hommes puissent devenir médiateurs un jour conformément à l’utopie de Jean-François Six (RÉFÉRENCES) : cadrer, être cadré, pour que la liberté ne se transforme pas en tyrannie. Et répandre la non-violence que le médiateur installe et maintient dans le cadre de la médiation, dans la société toute entière : le 22ème siècle sera non-violent ou ne sera pas !

Mais en attendant, faisons gagner Jean-Luc Mélenchon pour faire gagner l’humanité.

GLOSSAIRE

  • Anthropocène : nouvelle période géologique engendrée par l’action de l’homme depuis la révolution industrielle du 19 ème siècle notamment, elle reste une controverse scientifique mais ne fait pas de doutes quant à l’impact de l’homme sur la biosphère, le climat, une extinction massive des espèces et l’épuisement des ressources naturelles. C’est donc seulement dans ce sens que ce terme est employé ici. Laissons le temps et le travail des scientifiques faire son œuvre. Souhaitons en fait, qu’il n’y ait jamais de nouvelle période géologique car elle aurait alors scellé l’incapacité de l’humanité à corriger à temps ses impacts sur la terre. Voir notamment :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Anthropoc%C3%A8ne

http://www.seuil.com/ouvrage/l-evenement-anthropocene-jean-baptiste-fressoz/9782021135008

http://www.internetactu.net/2015/05/05/anthropocene-ou-pas/

 

  • Biosphère : ensemble des écosystèmes vivants sur terre.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Biosph%C3%A8re

  • Bien commun ou commun : ???????

https://?????

  • Assemblée/démarche constituante :

http://www.jlm2017.fr/le_projet

Extrait :

La révolution citoyenne à laquelle je crois est le moyen pacifique et démocratique de tourner la page de la tyrannie de l’oligarchie financière et de la caste qui est à son service. Je voudrais être le dernier président de la 5e République et rentrer chez moi sitôt qu’une Assemblée constituante, élue pour changer de fond en comble la Constitution, ait aboli la monarchie présidentielle et restauré le pouvoir de l’initiative populaire. La 6e République commencera et ce sera une refondation de la France elle-même.

  • Ecologie : science des écosystèmes. L’écologie est dite politique quand les actions visées portent majoritairement sur les écosystèmes et la biosphère.
  • Ecosocialisme : doctrine politique qui intègre écologie, changement climatique et socialisme.
  • Ecosystème : ensemble complexe d’interactions entre espèces animales et végétales, innombrables, vivant dans un territoire donné.
  • Médiation : la définition doit venir des recherches en cours conduites sur la théorie de la médiation.
  • Système : ensemble d’éléments en interaction et réalisant une ou plusieurs fonctions simples ou complexes. C’est pourquoi le « tout » est plus que la sommes des parties.
  • Universalisme : principe (RÉFÉRENCE N01) qui considère tous les hommes, toutes les civilisations, à égalité de droits et de devoirs, dès lors qu’ils sont dans le respect de la singularité de chacun et que cette altérité est réciproque.

 

 

RÉFÉRENCES

  • Les origines de la lutte des classes
  • appel aux médiateurs avant la tenue de la COP21
  • … À COMPLÉTER…
  • François Roddier
  • Définition de « universalisme » selon Toupie

 

Auteur : Centristes Insoumis

Nous sommes des amis de la faune et de la flore, amoureux de la nature et respectueux des hommes dans toutes leurs différences bienveillantes, leurs fragilités et leurs forces maîtrisées. Sous le pseudo coupedestalus nous avons tout d'abord créé le blog coupedestalus. Dans une deuxième phase en 2016, nous nous engageons pour soutenir la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon l'élection présidentielle, en tant que centristes insoumis, d'où le nom du blog. Enfin, nous avons pris le PARTI DE L'ANTHROPOCÈNE pour contribuer à mettre sous contrôle le climat de la terre.

4 réflexions sur « Présentation détaillée »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s